octobre

MISE À JOUR

Par Jeff Bromley, président, Conseil du bois du Syndicat des Métallos

Ottawa à l’écoute de la campagne de protection des travailleurs forestiers

La campagne du Conseil du bois des Métallos visant à protéger les travailleuses et travailleurs forestiers pendant et après la pandémie commence à se refléter dans les modifications proposées à l’assurance-emploi (AE). Le gouvernement a dévoilé ses engagements à cet égard dans le discours du Trône qui a marqué la réouverture du Parlement en septembre.

Par la même occasion, le syndicat exhorte le gouvernement à considérer comme une priorité la résolution du différend sur le bois d’œuvre résineux avec les États-Unis.

Certaines modifications à l’AE ont été proposées dans des mesures provisoires antérieures. Toutes les modifications faciliteront l’accès aux prestations d’AE pour nos 14 000 membres de l’industrie forestière, au moins à court terme.

Nous avons répété aux députés pendant tout l’été que nos membres avaient littéralement été floués par des règles qui leur refusent l’accès à l’AE, et ce, même après des années de service et de cotisation au programme.

Selon moi, nous devrions accueillir favorablement les mesures qui font en sorte que les travailleurs ne se voient pas refuser l’accès à l’AE parce qu’ils reçoivent des indemnités de fin d’emploi négociées ou des indemnités de congé annuel qui leur étaient dues pendant leur mise à pied. Une mesure provisoire antérieure réduit aussi le nombre d’heures qu’ils doivent effectuer avant de pouvoir présenter une demande. Cette question est plutôt problématique quand les travailleurs traversent de multiples rondes de mises à pied.

RENDRE LES MODIFICATIONS PERMANENTES

L’inconvénient est qu’il s’agit toutes de modifications ponctuelles ou temporaires à l’accès apportées à la Loi sur l’assurance-emploi. Pour qu’elles fonctionnent et renforcent la protection du revenu, elles doivent devenir permanentes. Nous voulons qu’elles soient appliquées afin que les programmes gouvernementaux soient modernisés pour que notre industrie puisse affronter l’avenir de plus en plus incertain de la sécurité d’emploi au Canada en ce 21e siècle.

Le Syndicat des Métallos a toujours soutenu que les indemnités de fin d’emploi négociées n’ont jamais eu pour but de bloquer l’accès aux prestations d’AE. Qui plus est, les travailleurs ne devraient pas être pénalisés parce qu’ils n’ont pas pris toutes leurs vacances avant d’être mis à pied.

LA NÉGOCIATION COLLECTIVE SERT À ÉLEVER LES NORMES

Nos conventions collectives ont pour objet d’offrir mieux que les droits minimums établis dans la législation sur les normes d’emplois. Les travailleurs et leurs collectivités ne doivent pas être tenus en otage par des lois qui, au lieu de les aider en période difficile, les punissent parce qu’ils gagnent honnêtement leur vie. C’est l’objectif que nous visons et nous soulignons continuellement ce fait pendant nos réunions avec les députés et leur personnel.

Nous indiquons clairement que l’accès à l’AE annoncé dans les mesures provisoires actuelles doit devenir une norme permanente de la législation sur l’assurance-emploi.

Tous les Canadiens doivent se savoir protégés, pandémie ou non. Des règles qui ne les protègent pas en permanence ne valent pas grand-chose.

METTEZ FIN AU DIFFÉREND SUR LE BOIS D’ŒUVRE AVEC LES ÉTATS-UNIS

En plus de réclamer une meilleure protection aux termes de l’AE, nous demandons aussi aux députés de considérer comme une priorité la résolution du différend sur le bois d’œuvre avec les États-Unis. Nous voulons également que les milliards de dollars de droits en suspens à la frontière canado-américaine servent à soutenir des garanties de prêts aux entreprises forestières correspondant à 75% du montant qu’elles ont versé en droits. Nombre de petites usines souffrent d’un très faible flux de trésorerie. Le Québec offre déjà une telle garantie de prêt.

Toutefois, ce soutien aux entreprises doit s’accompagner de la condition que les emplois soient maintenus et créés au Canada – pour les Canadiens.

J’espère que nos réunions avec l’Association des produits forestiers du Canada (APFC) la convaincront de s’allier à nos efforts de lobbying auprès des députés dans les mois à venir. Nous vous donnerons plus d’information à ce sujet dans la prochaine mise à jour.

VOUS POUVEZ CONTRIBUER À LA CAMPAGNE

Plusieurs de nos membres ont participé aux appels sur Zoom avec les députés quand ils le pouvaient. Si vous désirez contribuer à la présente campagne, n’hésitez pas à me contacter par courriel à jbromley@usw.ca, ou sur le site Web de la campagne à https://www.forestryisforeveryone.ca/contact, ou encore à m’appeler au 604 205-1110.

Solidairement,

Jeff